Bernard Froidevaux, dit Lafleur, s’est obstiné pendant vingt ans à retrouver la recette de la Tête de Moine AOP fermière. Soutenue par Slow Food, labellisée « produit du Parc du Doubs » et intégré au sein de l’interprofession de la Tête de Moine, la recette est aujourd’hui à transmettre. Sa notoriété est bien installée et la production de Tête de Moine fermière AOP se porte bien avec les quelque 10’000 kilos de lait écoulés lors des années les plus productives, soit environ 1000 meules. Trois fermes « Bio » sont prêtes aujourd’hui à poursuivre la fabrication de la Tête de Moine fermière AOP, pour perpétuer le travail accompli durant toutes ces années par le fameux paysan-fromager de Montfaucon.
- Tiffany et Yves Maître : Situé sur les communes de St-Brais et Montfaucon, le couple produit du lait et élève des chevaux Franches-Montagnes sur son exploitation de 23 hectares. Il souhaite valoriser une partie de son lait par la transformation fromagère, mais toute la fromagerie reste à construire.
- Elodie et Martin Marchand : Sur une exploitation de 28 hectares au Clos-du-Doubs et dans les Franches-Montagnes, le couple possède une vingtaine de vaches laitières. Ils ont pour projet d’installer une fromagerie dans leur ferme récemment rénovée afin de transformer une partie de leur lait.
- Véra Kalt : Installée depuis peu à Moron, dans le Jura bernois, la famille Kalt gère une petite ferme aux multiples animaux desquels sont dérivés une multitude de produits. Véra, la fille de la famille, aimerait se lancer dans la production de Tête de Moine AOP fermière, mais la fromagerie vieillissante doit être remise à neuf.